Overblog
Edit post Folge diesem Blog Administration + Create my blog
Clément Klutse

Le rôle de la Diaspora comme levier de développement en Afrique

Recherche du bonheur et politique économique : De la nécessité d´un développement endogene en Afrique

La jeunesse africaine désabusée doit comprendre que désormais, loin de la politique des réseaux sociaux, qu´elle doit s´impliquer beaucoup plus activement sur le terrain car en definitive ceux qui détiennent aujourd´hui le pouvoir ne le lâcheront pas de bon gré.

La jeunesse africaine désabusée doit comprendre que désormais, loin de la politique des réseaux sociaux, qu´elle doit s´impliquer beaucoup plus activement sur le terrain car en definitive ceux qui détiennent aujourd´hui le pouvoir ne le lâcheront pas de bon gré.

Récemment je lisais dans un magazine économique une étude sur la correlation entre Bonheur et le développement économique. En réalité l´étude dans l´article consistait à  découvrir ce qui rend les gens heureux dans les pays du monde.  Chaque année les pays africains sont listés derniers pour la plupart des pays les plus malheureux au monde malgré toutes leurs richesses. L´étude conclut que le bonheur découle des implications de la politique économique des pays. En conclusion logique l´immigration tirerait sa source de la mauvaise politique économique qui entraine la jeunesse africaine vers la recherche du bonheur ailleurs.

En route vers la Terre Promise

Pas un seul jour oú dans la presse ou a la télé des images désolantes de jeunes africain(es) débarquant sur les côtes méditerranéennes ne passent en boucles sur les chaines occidentales. Ils sont jeunes, pour la plupart sans formations adéquates qui fuient un chômage élevé, le manque de perspectives d'avenir dans leur propre pays. De plus en plus de jeunes Africain(es ) de divers horizons sont attirés vers l´Europe et  l'Allemagne en particulier.  Enfin, ils y trouveront pensent-ils le bonheur en atteignant la Terre Promise.  Toutefois ils ne sont pas les bienvenus si jamais ils parviennent a l´atteindre.  Car pendant ce temps, les sentiments anti-immigrants vont, grandissant dans les societés occidentales.

En Afrique même, pendant ce temps on préfere mieux montrer des images a la gloire des hommes forts, s´accrochant au pouvoir et pensant plus a leur propre privileges et avantages et peu soucieux de la vie de leurs concitoyeux périssants aux larges des côtes occidentales. Le paradoxe c´est que depuis quelques années une nouvelle narration, un nouveau discours cette fois beaucoup plus positif sur l´Afrique se battit en occident. Seuls les africains eux-mêmes donnent l´impression de n´en être pas conscients.

L´immigration n´est pas un phenomene nouveau. Seuls les approches divergent.

Les nombreux réfugiés qui viennent en Europe et plus particulièrement en Allemagne depuis l'été 2015 représentent un défi et une opportunité pour l'économie et la société allemande. Depuis les dernieres élections législatives l´option d´une immigration qualifée se précise.

Cela rappelle le boom des travailleurs migrants des années soixante : à l'époque, le miracle économique avait littéralement balayé le marché du travail en Allemagne. L'industrie et l'agriculture étaient suspendus au gouvernement, les barrières à l'emploi pour les étrangers étaient levées avec l´ ouverture du marché de la main-d'œuvre. Dès 1955, un accord de recrutement a été signé avec l'Italie, suivi quelques années plus tard par des contrats correspondants avec l'Espagne, la Grèce,La Turquie, le Maroc, le Portugal, la Tunisie et la Yougoslavie ont suivi. C était donc en 1955.

 Aujourd´hui même si l'aide humanitaire est actuellement au premier plan, les effets économiques, par exemple sur le marché du travail et les finances publiques joueront un role important dans les années a venir. Toutefois, les défis a relever ne sont plus les mêmes comme  a l´époque dans le secteur primaire comme l´agriculture ou meme le secondaire. Les qualités recherchées sont plutôt dans la haute technologie et la digitalisation. L´Afrique n´a pas adapté sa jeunesse a ces défis d´oú une difficulté d´acceuil de ces enfants. Investir dans l´éducation et la jeunesse devrait être une priorité.  

 L´Afrique n´est pas un "continent perdu:  De la nécessité d´une vraie politique économique en Afrique

Le continent africain est l'une des régions économiques dont la croissance est l'une des plus rapides au monde. Il y´a des raisons d´être optimiste si les dirigeants pouvaient adopter une politique économique qui corresponde a la réalité des pays. Certains pays comme le Rwanda s´en sortent plutot bien grace aux reformes courageuses de l´actuel gouvernement. Toutefois, l'évolution varie considérablement d'un pays à l'autre. La politique c´est avant tout une affaire de pragmatisme, loin de la politique politicienne. C'est vers á l'avenir de cette jeunesse africaine qu'il faut regarder, vers la prévention de la vague d´immigration hasardeuse comme on en voit aujourd´hui avec en toile de fond le manque d´emplois. Il est grand temps de sortir de la politique politicienne pour se concentrer sur une vraie politique économique en définissant des objectifs économiques clairs,  des objectifs précis en matière de croissance régulière et appropriée, un taux d'emploi élevé, la stabilité des prix et un équilibre du commerce extérieur. L´exemple d´un pays comme le Togo avec un taux d´endettement de plus de 80% du PIB (rfi) doit donner a réfléchir aux dirigeants de ce pays et a l´héritage qu´ils veulent léguer a la génération future.

L´impératif  de l´émergence d´une nouvelle jeunesse politique plus dynamique en Afrique

Souvent des gens me demandent si le fait d´être en politique en Allemagne a changé quelque chose dans ma vie. Je responds naturellement par l´affirmative et cela va de soi. Si je ne croyais pas aux convictions que je défends je ne m´y serai pas engagé.

Aujourd´hui dans beaucoup de pays occidentaux l´intérêt pour la politique a beaucoup baissé. Rien qu´a voir le taux d´électeurs le jour des élections.  Le fait de ne pas être a l´écart pour critiquer mais élever sa voix pour se faire entendre fait pour moi toute une difference. La vraie politique (loin de la corruption)  c´est avant tout faire un sacrifice: sacrifice de son temps, de son énergie, de ses plaisirs, oui aussi de ses moyens financiers. Nous sommes portés par un ideal et de grands hommes comme Mandela, Barack pour ne citer qu´eux en sont des réferences. La jeunesse africaine désabusée doit comprendre que désormais, loin de la politique des réseaux sociaux, qu´elle doit s´impliquer beaucoup plus activement sur le terrain car en definitive ceux qui détiennent aujoud´hui le pouvoir ne le lâcheront pas de bon gré. Sur ce point, il faut l´émergence dune nouvelle jeunesse politique africaine pour changer le continent.

 

 

Diesen Post teilen
Repost0
Um über die neuesten Artikel informiert zu werden, abonnieren:
Kommentiere diesen Post